Thé Blanc de France 「Jeune Bretagne」 (Boîte de 10g)

Précieux thé blanc de France issu de la 4ème récolte du Moulin de Kérouzéré, dans le Finistère, en Bretagne.

Au coeur du pays du Léon, dans la Vallée du Guillec, petit « paradis sur terre » dans le Finistère, en Bretagne, trône le Moulin de Kérouzéré, une ancienne bâtisse du XVème siècle rénovée des mains expertes du maître des lieux : Michel Thévot. Lorsque ce dernier s’y est installé il y a maintenant 15 ans, c’était une ruine en friche. Aujourd’hui, c’est un parc botanique abritant des centaines de plantes rares et exotiques. Parmi elles, le théier, Camellia Sinensis, largement représenté avec 2 000 pieds en terre, tous issus de graines, formant l’un des plus grands jardins de thé de France métropolitaine.

Ce thé, vendu en exclusivité sur Curiousitea, baptisé「Jeune Bretagne」est le résultat de la 4ème récolte du Moulin de Kérouzéré, réalisée en Août dernier. C’est aussi l’expression de l’espoir en la jeunesse et en l’avenir, par la transmission de savoirs, de passions et de compétences intergénérationnelle. Ce lot-ci est particulièrement significatif pour nous, l’équipe Curiousitea, car, comme en témoigne les images, nous y avons intégralement participé  et y avons mis toute notre coeur, sous les consignes et le regard avisé des deux hommes à l’origine de ce projet.

Lorsque nous foulâmes le pied de cette vallée pour la première fois, nous crûmes être dans un rêve. Perdus que nous étions au milieu des arbres et des plantes tropicales, cerclés de courants d’eau claire où les truites prospèrent, entourés de collines touffues où les aigrettes et les grands hérons rôdent. Ce lieu unique nous saissisâmes comme peu d’endroits sur terre.

Michel, notre hôte, chaudronnier-soudeur de métier, passionné de botanique, nous accueillit chaleureusement dans son domaine et nous fit le tour du propriétaire, nous oubliâmes alors que nous nous étions bel et bien en Bretagne, à seulement 500 mètres des côtes. Il nous sembla plutôt que nous nous trouvâmes dans les montagnes, quelque part dans la campagne chinoise ou sur les hauteurs de Taïwan. Les avantages du site sont nombreux. Tout d’abord, une distance respectable avec la mer, évitant ainsi les dégâts occasionnés par les embruns, tout en gardant les bénéfices de l’air marin. Ensuite, les courants d’air chaud ou « gulf stream » protégeant la vallée du gel et maintenant une température tempérée toute l’année. Puis enfin, l’hygrométrie ambiante idéale et les pluies fines régulières qui finirent de convaincre Michel à acquérir le domaine en 2005 et à en faire le lieu qu’il est aujourd’hui. Il avait vu juste : presque tout pousse ici, même des plantes qui ne peuvent croître ailleurs en France.

Le théier aurait été acclimaté en Bretagne il y a de cela de nombreuses décennies. Mais, à l’époque, dans notre pays, ce produit ne connaissait pas le rayonnement économique dont il dispose aujourd’hui, ce qui n’encouragea pas son implantation à plus grande échelle. Parmi quelques tentatives expérimentales, notamment conduites par des botanistes et autres chercheurs, très peu connaîtront la postérité. Michel Thévot fait désormais parti des rares français ayant relevé le défi, pour de vrai. Il parvint à trouver des graines en provenance de la région du Yunnan, berceau du thé en Chine, et les sème en pépinière en janvier 2018. Les très jeunes speciemens poussèrent à vive allure, si bien qu’au mois de Mai de cette même année, il  mit deux mille pieds en terre, au coeur de son domaine. Le jardin de thé du Moulin de Kérouzéré était né.

Habituellement, il faut trois à cinq pour qu’un nouvel arbre implanté soit en pleine capacité de donner raisonnablement du thé. Mais voilà qu’au Moulin de Kérouzéré, en 2 ans seulement, le vrai temps de la récolte vint. Ce sont les bourgeons, foisonnants, qui ont sonné l’heure idéale, sur des arbres ayant déjà atteint les 50 centimètres pour certains ; un prodige. Prodige qui s’explique par tous les paramètres très spécifiques sus-cités : températures idéales (absence de gel, temps doux toute l’année), humidité abondante… Michel peut même se permettre de ne jamais arroser, tant chaque matin, les théiers perlent de gouttes de rosée.

Ce qu’il manquait à Michel, c’est l’expertise de la transformation, c’est là qu’Émile Auté intervint. Lui aussi, il plante du thé, dans le Loir-et-Cher et il le transforme lui-même, grâce aux techniques qu’il a appris au cours de ses nombreux voyages dans les pays producteurs de thé. Michel le contacte aussitôt et les deux hommes se lient d’amitié. Ensemble, ils produiront et transformeront l’un des tous premiers thés modernes de Bretagne.

Le cru issu de leur 1ère récolte, intervenue au mois d’Avril, a été récompensé le mois dernier d’une médaille de Bronze dans la catégorie « Thés Blancs – Bourgeons & Feuilles » dans le cadre du concours « Thés du Monde » organisé par l’AVPA (Agence pour la Valorisation des Produits Agricoltes). Le thé issu de leur 1ère récolte 2020 a devancé certains thés chinois ou indiens dans sa catégorie alors qu’il était noté à l’aveugle par le jury, sans qu’aucun indice sur sa provenance ne soit donné.

Les feuilles de ce thé-ci, 4ème récolte 2020, ont été fraîchement cueillies à la main et, du fait de la petitesse des arbres et de l’absence de ce qu’on appelle la « table de cueillette »,  en étant parfois prostré à terre. Un exercice difficile mais passionnant. On récupère les feuilles par pincement en pressant nos doigts à l’endroit désiré du rameau puis on laisse venir en tirant délicatement. Si la pousse est prête à être prélevée, elle cédera d’elle-même. La récolte a suivi un cahier des charges stricte : à chaque pincée, seuls le bourgeon et deux à trois feuilles ont été prélevés. Il s’agit de ce qu’on appelle respectivement la cueillette fine (un bourgeon, deux feuilles) et la cueillete semi-fine (un bourgeon, trois feuilles).

Ensuite, c’était le moment du flétrissage : à l’ombre, au coeur du moulin. Puis, une fois la souplesse gagnée, ces feuilles ont été poêlées à la main pour enfin être roulées de façon artisanale dans des grands paniers plats traditionnels. Enfin, elles ont été passées en cuisson finale pour assurer une bonne déshydratation.

Un documentaire retraçant cette 4ème cueillette du thé breton de Sibiril sera disponible sur la chaîne YouTube Curiousitea dans les prochaines semaines. N’hésitez pas à vous abonner pour ne pas rater ça !

Au parfum, ce thé offre un double registre gourmand et fruité, avec une légère pointe minérale. Il nous évoque des choses aussi attrayantes que le sucre roux,  les fruits noirs ou les pruneaux, à l’image d’un délicieux Far Breton. Sa minéralité se descèle dans des odeurs nous rappelant la roche des falaises ou encore le sable et les coquillages chauffés par le soleil. Son léger caractère marin enfin, est notamment trahi lorsqu’on baigne les feuilles sèches dans de la vapeur : on distingue alors une senteur d’algues noires.

Au goût, beaucoup de complexité, une note de tête assez florale, un corps très gourmand dans l’esprit et une note finale plutôt minérale, subtilement iodée. L’after-taste nous emmène alors vers une sorte d’umami qui titille le bout de la langue, totalement improbable d’après l’image que l’on pouvait se faire d’un thé de France.

Une expérience unique et rare, très encourageante pour l’avenir du thé en France. Quantités infimes, exclusivement disponible en ligne sur le Comptoir Curiousitea.

Informations complémentaires

Poids 130 g

Conditionnement

Boîte de thé en métal contenant 10g de thé de France. Revêtement noir et forme typique de dôme avec double opercule.  Elle a été spécialement sélectionnée pour bien protéger et conserver les grandes feuilles fragiles et volumineuses de ce thé. Cet objet est paré de la signature Curiousitea : les bandeaux craftés à la main en papier précieux. Elle se garde et se réutilise volontiers pour d’autres thés de nos différentes collections de saison. Elle peut s’accorder avec une décoration intérieure sobre et chic.

Suggestions d'infusion

Notes de dégustation

🍂 FEUILLES SÈCHES

Thé Blanc de France 「Jeune Bretagne - Feuilles sèches - Vue zénitale

🤏 Pleines d’aspérités et inégales au toucher, preuve d’un façonnage totalement artisanal. Certaines sont presque piquantes. La diversité des formes et l’impression de fragilité qui en émane en font un produit fascinant à manipuler (avec la plus grand précaution) lorsqu’on le dose à la main, comme de juste.

👁️ Façonnées à la main, légères torsades formant tantôt des spirales, tantôt de grands arcs-de-cercles à l’amplitude impressionnante. Rarement un thé n’a été aussi volumineux à nos yeux. Quant à la teinte, ou plutôt les nuances variées de couleurs qui en ressortent, cela va du kaki au vert anglais, avec des pointes noirâtres façon brou de noix. On distingue également des reflets tantôt rouille tantôt argentés (couleur du duvet des jeunes pousses).

👃 Grande complexité. Des registres variés tels que le fruité, le gourmand ou le minéral. Évoque la roche de falaises en bord de mer mais aussi le sucre roux, les pruneaux et, par extension, le far breton.

💦 FEUILLES INFUSÉES

Thé Blanc de France - ' Jeune Bretagne ' - Feuilles infusées

🤏 Grande souplesse acquise. Légèrement visqueuses, preuve de sucs relachés par la feuille. Rappelle la sensation que l’on a lorsqu’on touche des algues, fraichement échouées sur le sable.

👁️ Légèrement ouvertes par une première infusion à température raisonnable, une deuxième infusion les ouvriront complètement tant elles sont peu roulées sur elle-même à l’origine. Une teinte d’un beau vert olive à kaki, toujours accompagnée de ces reflets bruns façon rouille (traces d’oxydation légère).

👃 Un premier contact à la vapeur d’eau a révélé un caractère légèrement marin jusqu’alors insoupçonné. Une fois infusé, cela se précise avec des parfums légers d’algues marines. Le sucre roux revient à la charge, tandis que s’ajoutent certains fruits noirs, venant compléter cette même sensation de pruneaux.

🥃 LIQUEUR

Thé Blanc de France - ' Jeune Bretagne ' - Liqueur

👁️ Une robe limpide d’un blanc ivoire, avec des reflets verdâtres rappelant les algues à la surface des vagues.

👃 Des registres toujours aussi complexes et variés où gourmand et marin dominent: entre sucre cuit et air vivifiant de la mer.

👄 Une attaque sucré-florale assez inattendue. Puis vient le corps, à la texture sirupeuse, gourmand à souhait, avec des évocations similaires à celles retenues précedemment. Enfin, revient cette sensation minérale, entre les coquillages et le sable chaud. La dégustation nous surprend au plus haut point lorsque tombe l’after-taste : de l’umami. Ou en tout cas, quelque chose qui s’en rapproche à s’y méprandre. Cela envahit le palet jusqu’au bout de la langue et signe une empreinte longue et délectable. La surprise du chef !

Identithé

Famille : Thé Blanc

Appellation locale : Thé Breton

Récolte : 4ème – Le 13 Août 2020

Type : Origine unique (1 seul jardin)

Variété : Camellia Sinensis Sinensis exclusivement issu de graines

Terroir : Vallée du Guillec, Commune de Sibiril, Département du Finistère, Région de Bretagne, France

Cultivateur : Michel Thévot

Transformateur : Émile Auté

Type de culture : Sans engrais chimique, sans pesticide

Accords Thé & Mets

Chez Curiousitea, nous croyons à l’association du thé & des mets et nous mettons un point d’honneur à sélectionner des accords gustatifs pertinents et savoureux.

Avec ce rare thé blanc français「Jeune Bretagne」nous vous proposons :

Un far breton aux pruneaux ou des crèpes bretonnes au caramel beurre-sâlé pour un instant de grande gourmandise lors d’un goûter de haute-voltige.

Dans le cadre d’un repas de fête 100% terroir : des coquillages ou mollusques frais en entrée, du homard ou autres crustacés en plat de résistance et une gourmandise au caramel en guise de dessert. Idéal pour une soirée comme celle de la Saint-Sylvestre !

Le Producteur

Michel Thévot en 2018 dans son jardin de thé du Moulin de Kérouzéré, Finistère, Bretagne.
Michel Thévot en 2018 dans son jardin de thé du Moulin de Kérouzéré, Finistère, Bretagne.

Michel Thévot vient du Loir-et-Cher. Chaudronnier-soudeur de métier, il se passionne pour la botanique depuis son plus jeune âge. Enfant, il décida notamment d’apprendre le latin de son propre chef afin de lire, connaître et retenir les noms scientifiques de toutes les plantes. Ayant longtemps enseigné en lycée professionnel son expertise d’artisanat, il se convertit dans l’horticulture au fil des années.

En 1999, il parcourt la région du Yunnan en Chine et voit pour la première fois des théiers centenaires, culminants à plus de 10 mètres. Une rencontre qui le marqua.

En 2005, il fait l’acquisition d’un site au potentiel exceptionnel : Le Moulin de Kérouzéré, situé dans la Vallée du Guillec, à Sibiril, en Bretagne. Mais c’est une friche. Les arbres, les plantes sauvages et les hautes herbes ont envahi le terrain et la bâtisse est en ruine. Il passera plusieurs années à concevoir et rénover entièrement le domaine pour en faire une réserve botanique unique en son genre. Profitant d’un micro-climat exceptionnel, il plante dans cette vallée des specimens parfois inconnus de nos contrées et collectionne des centaines de plantes différentes. Il y a plus de deux ans, un de ses rêves lui souffla l’idée de planter du thé. Après tout, de très nombreuses variétés de Camélias poussaient déjà sur le sol breton dont le terroir offre à certains endroits un sol plutôt acide, condition idéale pour la culture du théier. Aussitôt pensé, aussitôt fait, Michel trouva des graines issus d’arbres ayant poussés plusieurs décennies dans le sol  breton et les mit en terre en 2018.

Deux ans plus tard, sa première récolte du Printemps 2020, transformée par Émile Auté, sera soumise au concours  « Thés du Monde » organisé par l’AVPA (Agence pour la Valoriation des Produits Agricoles). Leur thé se verra alors récompensé d’une médaille de bronze. C’est la première fois qu’un thé de France est ainsi primé.

Quand Michel ne plante pas ni ne récolte, il se livre à son autre principale activité depuis sa retraite de l’enseignement : le sport. Ou plutôt, la cohésion dans le sport. C’est ainsi qu’il participe à l’organisation de grandes rencontres dans le monde du football, allant par monts et par vaux, un peu partout en France.

Michel Thévot en plein travail dans le jardin de thé du Moulin de Kérouzéré à Sibiril, Finistère Nord, Bretagne
Michel Thévot en plein travail dans le jardin de thé du Moulin de Kérouzéré à Sibiril, Finistère Nord, Bretagne (Crédits photo : Bruno Valibouse)

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Thé Blanc de France 「Jeune Bretagne」 (Boîte de 10g)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…